Communiquer avec un professionnel de la santé

«Dans une salle d’attente d’une clinique ou d’un hôpital, les personnes malentendantes doivent souvent trouver des trucs afin de ne pas manquer leur rendez-vous. Par exemple, un des participants a dit qu’il doit toujours rester attentif lorsque l’infirmière ou le médecin nomme le prochain patient, car si personne ne se lève à ce moment-là, c’est assurément parce qu’on vient de le nommer.
Un autre participant, quant à lui, a laissé savoir qu’il préférait demander à la personne assise à ses côtés de l’avertir si on le nomme.

Avant une consultation, il peut s’avérer utile d’être bien renseigné, surtout si l’on doit se rendre dans un nouvel endroit. Pour ce faire, quelqu’un a fait remarquer l’utilité d’acquérir un télécopieur, comme l’appareil n’est plus aussi dispendieux qu’avant. Le télécopieur est très pratique pour recevoir de l’information écrite par un professionnel de la santé ou même un notaire, un comptable, un avocat, etc. Il ne faut pas non plus négliger l’importance de l’ordinateur, qui permet d’obtenir de l’information par courrier électronique et de se renseigner sur tous les domaines médicaux grâce à Internet.

Il a aussi mentionné qu’il était important de garder son ou ses appareils auditifs avant une chirurgie et ce, jusque dans la salle d’opération. Il faut demander à l’infirmière d’enlever les appareils à l’anesthésie seulement, car le chirurgien, l’infirmière ou l’anesthésiste pourrait avoir besoin de nous communiquer de l’information importante. Mme Saint-Amour a relaté l’expérience d’une personne qui avait été opérée dans deux hôpitaux différents. Dans le premier hôpital, la personne n’avait eu aucun problème à garder ses appareils auditifs dans la salle d’opération, tandis que dans le second elle avait été obligée d’argumenter et d’exiger que les professionnels de la santé lui laissent ses appareils.

Tout le monde est appelé, à un moment ou à un autre de sa vie, à consulter un professionnel de la santé : médecin, dentiste, infirmière, radiologiste, pharmacien, etc. Il peut s’agir d’une consultation de routine (ex : examen annuel), qui se répète le plus souvent au même endroit, avec le même professionnel. Il peut s’agir également d’une consultation dans le cas d’une maladie, en vue d’un diagnostic et d’un traitement, ce qui risque de se dérouler dans des endroits nouveaux, avec des professionnels inconnus et parfois nombreux.

Que les professionnels et les lieux soient connus ou étrangers, cela ne représente nullement la même difficulté. Que l’on consulte alors que l’on est bien portant ou malade, cela ne suscite nullement la même anxiété. Il faut donc bien s’y préparer et y réagir différemment :

1. Pour vivre le moins d’anxiété possible

2. Pour communiquer efficacement avec le professionnel rencontré.

Et le tout, très souvent, dans un court laps de temps. Ceci représente parfois un défi, mais encore davantage lorsqu’on y rajoute un problème d’audition, qui peut encore augmenter l’anxiété (peur de ne pas comprendre, ne pas oser faire répéter par manque de temps…).

En cas de maladie ou d’hospitalisation, la présence d’un proche, en plus d’être réconfortante et rassurante, peut aussi être fort utile à une personne malentendante ou sourde pour obtenir toutes les informations nécessaires à la compréhension de la maladie et du traitement.

Voici un éventail de stratégies visant à faciliter la consultation de différents professionnels de la santé dans différentes situations. Chaque clinique, hôpital, profession ou professionnel ayant ses particularités, vous pourrez certainement en trouver de nouvelles à ajouter à la liste.

Avant une consultation quand c’est possible

1- Se connaître (observer quand, où on a mal, quels sont les effets du traitement)

2- Se documenter (livres, brochures, émissions de télévision, associations)

3- Écrire ses questions (pour les préciser, pour ne pas oublier)

4- Choisir le professionnel (disponibilité, facilité de communication)

5- Discuter avec d’autres (proches, associations, de telle maladie, de tel professionnel)

6- S’informer de l’endroit où l’on doit aller (organisation physique, fonctionnement)

7- Se faire accompagner (demander à un proche ou prévoir un interprète professionnel)

8- Choisir l’heure de son rendez-vous de façon à avoir plus de temps (le premier ou le dernier de la journée)

Dans la salle d’attente

1- Prévenir la réception de ses problèmes auditifs (verbalement, CommuniCarte, petite oreille collée sur la carte d’assurance maladie)

2- Informer le personnel des moyens qui facilitent la communication

3- Informer le personnel de la façon d’être prévenu de notre tour

4- Se placer près de la réceptionniste ou du haut-parleur

5- Se placer de façon à bien voir ce qui se passe (organisation physique des lieux, numéros de porte)

6- Demander à un autre usager de nous prévenir de notre tour

7- Observer l’ordre d’arrivée des autres usagers (de façon à savoir quand arrivera notre tour)

8- Observer le fonctionnement de la clinique (où se dirigent les personnes appelées? Quelle porte? Quel couloir?)

9- Ne pas hésiter à vérifier auprès de la réceptionniste en cas de doute

À la clinique (hôpital ou clinique privée)

1- Prévenir le professionnel de ses problèmes auditifs

2- Informer le professionnel des moyens qui facilitent la communication (compréhension auditive et/ou la lecture labiale)

3- Demander de changer de place ou des aménagements si nécessaires (professionnel dos à la lumière)

4- Recourir à un interprète si nécessaire

5- Poser des questions précises. Utiliser une liste écrite de questions à poser (« combien de jours durera l’hospitalisation? » plutôt que « est-ce que ce sera long? »)

6- Donner des informations précises (sur la maladie, les symptômes, la douleur, etc)

7- Demander d’écrire les termes techniques (le nom de la maladie, d’un traitement, d’un médicament)

8- Demander d’écrire les informations importantes

9- Demander des explications sur les termes techniques (expliquer en termes simples, mais clairs, un traitement)

10- Demander des précisions ou des éclaircissements sur la maladie, le problème, le traitement

11- Discuter avec le professionnel si l’on n’est pas d’accord ou si l’on a des observations différentes

Lors d’une hospitalisation

1- Prévenir le personnel soignant de ses problèmes d’audition

2- Informer le personnel des moyens qui facilitent la communication (port de prothèses auditives jusque dans la salle d’opération)

3- Informer le personnel des moyens qui empêchent la communication (bruits d’appareils, masques, absence d’éclairage, etc)

4- Mettre la CommuniCarte en évidence (par exemple, reproduire en gros le texte de la Communicarte que l’on collera à la tête ou au pied du lit)

5- Poser des questions précises, utiliser une liste écrite des questions à poser

6- Demander que ces informations écrites soient attachées à la civière (dans le cas d’une opération qui demande une anesthésie générale)

7- S’informer à l’avance des différentes situations qui seront rencontrées (pour mieux s’y préparer)

8- Demander d’allumer une source de lumière la nuit ou d’en laisser une en permanence

9- Faire lever la tête du lit pour faciliter la lecture labiale

10- Utiliser un interprète

IMPORTANT : La Communicarte est fort utile ! Gardez-la toujours sur vous, avec votre carte d’assurance maladie.»

(Se comprendre, automne 2006 p.12 à 15)