LFCDG-logoFRN2013

Le 14 octobre dernier, c’était le premier brunch de l’année 2007-2008 des membres de l’ADSMQ. En plus de la quarantaine de personne présentes, une invitée de marque y a fait son apparition. Il s’agissait d’une superbe chienne labrador noire âgée de trois ans, chien-guide de Myriam Trottier, membre de l’association. Cette dernière avait été invitée à faire part de son expérience de vie avec sa chienne et à parler des démarches faites pour obtenir l’animal.

Madame Trottier est née à Montréal. Elle fait partie d’une famille de sept enfants, dont trois ont aujourd’hui un implant cochléaire. Elle-même a été implantée il y a un peu moins d’un an. Jeune, elle a fréquenté l’école sans problèmes. C’est au Cégep qu’elle a commencé à se rendre compte de ses problèmes d’audition. Elle a porté des prothèses auditives jusqu’à son opération. Elle a également suivi les programmes existants offerts par l’IIRD, notamment le LSQ et d’aide pour acouphènes.

Les deux dernières années avant son opération, la perte auditive de madame Trottier est sévère et brutale à un point tel qu’elle peine à s’adapter. Elle laisse son travail et son monde bascule peu à peu. Elle décide un jour de faire une demande pour obtenir un chien-guide auprès des la Fondation des Lions du Canada. Elle remplit consciencieusement le formulaire requis et joint tous les documents demandés. Elle apprend finalement que sa demande est acceptée. C’est un an plus tard qu’on l’informe qu’elle peut se rendre à Oakville, en Ontario, pour prendre possession du chien qui lui est destiné.

À Oakville, madame Trottier doit suivre un entraînement intensif de deux semaines pour se familiariser avec son chien et le conduire un peu partout dans la ville, utiliser différents modes de transport et déambuler dans divers endroits publics. Auparavant le chien a reçu un entraînement de six mois en fonction des besoins d’une personne sourde ou malentendante : détecter les sons, tels que sonneries de porte et de téléphone, déclenchement d’alarme, etc., puis avertir le maître et le conduire à la source de bruit.

Aujourd’hui, après 20 mois de vie commune, madame Trottier affirme que sa chienne lui a redonné vie. Elle lui a apporté plus de sécurité, d’indépendance et de confiance. Depuis qu’elle a sa chienne, les gens l’abordent davantage. Sa vie sociale s’en trouve plus riche et plus mouvementée. À peine quelques temps après son retour d’Oakville, elle a même décidé de partir seule avec elle pour un voyage de deux mois dans quatre provinces canadiennes, en camping et dans des auberges jeunesse. Elle n’y a rencontré aucun problème, mais au contraire elle s’est plutôt fait des amis avec qui elle continue de communiquer.

La Fondation des Lions, une organisation d’envergure mondiale, a mis sur pied le service de chiens-guides pour personnes sourdes ou malentendantes en 1988. Les coûts de dressage d’un chien sont estimés à entre 20 000 et 25 000$. Toutefois, les bénéficiaires du service n’ont rien à débourser. Tout est offert gratuitement, y compris le transport pour se rendre à Oakville et le séjour de deux semaines là-bas. Les coûts que doit assumer madame Trottier concernent uniquement la nourriture et les visites régulières chez le vétérinaire. Le chien appartient toujours à la Fondation, qui fait de temps en temps des vérifications pour s’assurer qu’il travaille et est bien traité. Madame Trottier rappelle que les gens ne doivent pas se montrer trop familier avec un chien de travail tel que le sien. De même, à moins de circonstances exceptionnelles, seul le maître doit lui donner à boire et à manger.

Au début, elle a dû lui apprendre le plus de nouvelles choses possible en rapport avec son nouvel environnement. Quand on lui demande comment, concrètement, la chienne réagit dans les diverses situations de la vie courante, elle répond que sa chienne vient lui donner un coup de patte sur les genoux et la conduit ensuite à l’endroit d’où vient le son, qu’il s’agisse de la porte d’entrée, de la sécheuse qui vient d’arrêter ou d’une alarme qui s’est déclenchée.

Madame Trottier affirme que sa chienne est un cadeau de la vie. C’est elle qui lui a permis de remonter la côte. Elle se sent maintenant heureuse et en confiance et ne se passerait plus de sa compagne.

On peut obtenir de l’information sur la Fondation des Lions du Canada et son service de chiens-guides en consultant le site internet suivant : http://www.chiens-guides.com/hearing.html »

(Sourdine novembre/décembre 2007)